ZENZILE

VENDREDI 28 AVRIL À 22H 

Grande salle

 

Après le succès de leur dernier album « Electric Soul » en 2012, Zenzile revient avec un nouvel album « Elements »

"ELEMENTS" est le fruit de plusieurs réflexions: les rapports entre musiques et images pour la forme mais aussi entre musique et spiritualité pour le fond. Le groupe a été marqué par les événements récents. Ils témoignent d'un monde qui vacille sur le socle de ses certitudes. La question religieuse revient au premier plan, et est, malheureusement, source de conflits un peu partout dans le monde. Parallèlement, l'homme mène une guerre consciente ou inconsciente contre la terre elle-même: il détruit son milieu naturel.

Cette nouvelle création propose d'illustrer les 4 éléments (eau, terre, feu, air) à travers une succession de tableaux musicaux et visuels crées pour l'occasion. Zenzile a montré à plusieurs reprises son intérêt pour les arts visuels et le cinéma en particulier. Le film "The tree of life" de Terence Malick, a fortement marqué le groupe et représente parfaitement l'idée qui sous-tend le projet. Rendre hommage à le terre, dont nous sommes les locataires éphémères, c'est un peu répondre aux questions plus spirituelles comme: "d'où venons-nous ?", "où allons-nous ?"...

 

 

CHAMBERLAIN

VENDREDI 28 AVRIL À 20H 

Grande salle

 

Ambient, post-classical ou électronique pour piano, la musique de Chamberlain navigue quelque part entre les points cardinaux Glass, Bach, Moodyman et Kraftwerk

Loin d'être à la dérive, Chamberlain s'appuie sans se reposer sur une certaine maîtrise de l'harmonie. Capable de dépecer les arrangements les plus racoleurs pour les transfigurer en perles diaphanes et hypnotiques, il s'adresse aux pieds, aux coeurs battants, et flatte l'intelligence.

La musique de Chamberlain est plus club-house que house de club. Si le diable est dans les détails, alors Chamberlain brûle en enfer, mais sa musique est paradisiaque.

" Philip Glass, Kraftwerk et même Bach : tous les plus grands se bousculent à l’entrée du petit club biographique de Chamberlain. Son EP, « Damp Suns », est en écoute exclu ici-même. Et si le videur vous emmerde, donnez le mot de passe pour éviter la file : Minimalisme." Gonzai

 

 

FEFE

SAMEDI 29 AVRIL À 22H 

grande salle

   

On sait l’attraction qu’exerce la couleur pourpre auprès des musiciens. De Jimi Hendrix (Purple Haze) à Prince (Purple Rain), le pourpre rend compte d’un état d’âme particulier auquel correspond une humeur musicale, quelque part entre la mélancolie du blues et l’euphorie du rock. Aujourd’hui Féfé ajoute sa nuance personnelle à cet arc en ciel intérieur avec un troisième album intitulé Mauve où il visite l’intégralité d’une palette sonore qu’il n’a cessé d’enrichir depuis l’époque où il oeuvrait au sein du collectif rap Saïan Super Crew. A son éventail déjà chatoyant d’influences soul, rock, caraïbe et chanson française, il ajoute une touche africaine essentielle, résultat d’un indispensable retour aux sources...

Conçu avec le concours du multi instrumentiste chilien Felipe Saldivia (Christophe Mae, Kendji Girac…), produit par Fred Savio (Soprano, Orelsan, Zaho…), Mauve est l’album intégral d’un Féfé arrivé à maturité, celui où il raconte son histoire, ses voyages, où il partage ses espoirs, embrassant toutes les couleurs de la vie, toutes les nuances d’une musique qui lui ressemble, française de langue, afro-universelle de rythme. Celui où il recueille l’écume des jours qui passent pour mieux nous en rappeler l’éphémère et nous ramener à l’essentiel.

 

 

NOSFELL

SAMEDI 29 AVRIL À 20H 

Grande salle

   

Avec sa voix d’une ductilité impressionnante, ses mélodies luxuriantes et son univers empli de fantasmagories fascinantes, à commencer par le Klokobetz, langue inventée mais dont la grammaire et la syntaxe sont absolument rigoureuses, Nosfell a traversé la dernière décennie de façon productive et effervescente : il a produit 4 albums, composé, joué et enregistré la musique de deux spectacles pour la compagnie DCA/ Philippe Découflé, participé à de nombreux projets transversaux et transdisciplinaires, collaboré avec de nombreux musiciens (Daniel Darc, Bertrand Belin, Josh Homme de Queen Of The stone Age, Brody Dalle des Distillers, Dick Annegarn ou Dominique A …) et surtout fait des centaines de concerts, car la scène est le lieu où il s’exprime de manière la plus complète.

"J'ai composé plusieurs chansons pour ce disque, autour de mes obsessions. Les questions de l'identité, des frontières et des limites du langage. 

J'ai d'abord imaginé un double album puis j'ai opté pour un album double. Une face A et une face B. Deux objets qui se distinguent par la langue qui les traverse; deux objets reliés par la musique et une histoire commune qui se déroule sur deux continents. 

L'histoire qui sous-tend les paroles est une saga familiale inspirée de mon vécu et de celui de mes parents. Pris comme tout le monde par le marasme qui pèse, il m'a paru nécessaire d'aborder des thèmes liés aux calamités que nous traversons ou dont nous sommes témoins, en continuant de conter des histoires.

Musicalement je souhaite proposer un disque épuré. La voix au centre, conteuse proche des oreilles. J'ai retiré deux cordes à ma guitare pour l'accorder comme un violoncelle et retrouver mes premières amours pour les riffs et les couleurs pentatoniques."